Paul Morand (Hécate et ses chiens)

D'est ou d'ouest, le vent ne cessait jamais; il lançait furieusement ses crochets à droite ou à gauche, et si le calme revenait un instant, c'était un accident inexplicable: tordus, terrassés, les arbres n'en pouvaient plus; les pique-boeufs s'en détachaient comme des pétales de magnolia; les cigognes elles-mêmes étaient emportées, plus légères qu'un fétu, leurs grandes pattes pendantes; les alouettes, lancées par un ressort invisible, s'immobilisaient en l'air, ailes fermées, riant comme des filles chatouillées.

Paul Morand (Hécate et ses chiens)

Faire pleurer
Encyclopédie Littérature Romans Bloc-notes Poésie Géographie Exposition Expliquez-moi Contact Accueil du site
Hécate et ses chiens

... cliquez sur l'une des catégories ci-dessous ...
... ou ici pour le texte original ...
... ou ici pour choisir un autre auteur ...
... ou ici pour muter sans catégorie ...
... j'ai de la chance ...

Anatomique
Ancien régime
Antiquité
Argot

Artistique
Automobile
Aviation
Botanique

Boxe
Bâtiment
Catastrophique
Chimie

Cinéma
Cirque
Commercial
Converser

Cosmique
Deuil
Dépression
Enfant

Extraordinaire
Gangster
Gastronomique
Grammaire

Hiver
Hygiène
Informatique
Jour

Juridique
Littéraire
Mariage
Maritime

Mathématique
Militaire
Musical
Médical

Médiocre
Ménage
Météorologique
Nocturne

Philosophique
Politique
Psychologie
Publicité

Religieux
Scolaire
Sous la ceinture
Sportif

Suisse
Tendre
Transports
Vestimentaire

Vie intérieure
Voyage
Zoologique
Nouveau! ... vous avez désormais la possibilité de faire muter vos propres textes. Cliquez ici ...
Généré le 18/11/2017 ... à 11:22:10

Génération de poèmes automatiques ... explication ... mode d´emploi ...
GenPo.V2 © nordmann 2005